Geisha/Maiko

11825581 1029289657095535 1346565936648618348 nLe terme “Geisha” (芸者) signifie littéralement “personne de l’art”. Il vient du japonais Gei (culture) et sha (personne). Une Geisha, souvent appelée Geiko (芸妓) à Kyôto est au Japon une artiste, et une dame de compagnie. Elle dédie sa vie aux arts traditionnels japonais, pour des prestations de divertissements, la plupart du temps, pour une clientèle aisée. Les geisha cultivent le raffinement artistique dans divers domaines, l'habillement du kimono, la musique classique, la danse, les jeux, les rapports sociaux.

Les Geisha étaient nombreuses au 19eme siècle. Elles existent encore au Japon, bien que leur nombreOkiya soit en constante diminution (entre 1700 dans les année 80 pour 200 environ de nos jours) bien que le nombre d'apprenties Geisha (Maiko) connait une nette augmentation grâce à la télévision et internet. Les Geisha résident principalement à kyôto dans le quartier de Gion. En 1700 le gouvernement japonais reconnaît le fait d'être Geisha comme une profession. Un code strict réglementera alors leurs vies. Elles furent obligées de vivre dans un quartier du nom de «Hanamachi» ou «Kagai» (花街, ville fleur) et furent obligées de se séparer des prostituées et/ou courtisanes vivant avec eux auparavant. Les Geisha vivaient dans une Okiya (situé dans les Hanamachi), les maisons de Geisha ( 置屋) étaient tenues uniquement par des femmes.


L'habit de cérémonie

Habillement : Les Geisha portent un kimono de soie, décolleté dans le dos (Obebe). Les couleurs sont choisies selon la saison, et l'âge (après 30 ans les Geisha porterons des couleurs plus discrètes et des kimono sans motifs). Le Kimono est plus ou moins épais selon la saison, il est noué dans le dos avec une large ceinture en soie (Obi, 帯 ou おび). Il se lie différement selon l'âge de la Geisha (Nœud de tambour pour les femmes mûres, avec un nœud qui remonte jusqu'aux omoplates pour les Maiko). Le Obi d'une Maiko se porte à gauche et celui d'une geisha confirmée à droite. En guise de sous-vêtements, les geishas portent un koshimaki (couvre-hanches), une bande de tissu fin enroulée autour des hanches, puis une combinaison (en harmonie avec les couleurs du kimono). Les geishas portent aux pieds des chaussettes tabi et des sandales de bois (geta). 

Maquillage : Le maquillage que l'on associe aux Geisha est en réalité celui des Maiko. La différences est minime, et réside dans le port du rouge à lèvre. Les Geisha ont les lèvres entièrement recouvertes, alors que les Maiko ne couvre que leur lèvre inférieure (pour donner un air plus boudeur). Les geisha ont un teint de porcelaine, elles s'enduisent le visage d'une huile (Bintsuke-Abura) et le recouvre de fard blanc (la nuque également en laissant apparaître une partie de leur peau). Les joues, les yeux et les lèvres sont maquillés de rose et de rouge. Les sourcils et le contour des yeux sont tracés au Khôl (ou au charbon de paulownia). Au fur et à mesure de leur carrière, elles diminuent la quantité de maquillage, les geishas de plus de trente ans ne portent presque plus de maquillage, à part dans les grandes occasions.

Coiffure : Les geisha se coiffent de façon traditionnelle. Le chignon est fait chez un professionnel et tient une semaine. Afin de ne pas aplatir leur coiffure, elles dorment sur un «repose-nuque» (Takamakura). Le chignon nécessite de tirer sur les cheveux au sommet du crâne (beaucoup d'anciennes Geisha ont une calvitie à cause de cette pratique). De nos jours, les Maiko peuvent utiliser des perruques. (voir une vidéo) La coiffure typique des Maiko (pêche fendue) est un chignon divisé en deux et au milieu duquel apparaît une étoffe de soie: d'abord imprimée de motif, puis rouge une fois la virginité de la geisha perdue. Les geishas plus âgées portent d'autres types de chignon comme le marumage. Les chignons sont ornés de peignes, ainsi que d'épingles à cheveux (kanzashi).


La différence entre Geisha et prostituer au Japon.

Une Geisha n'est pas une prostituées

Fb img 1438812616977

Au yeux de la loi, il y a toujours eu une différence entre Geisha et prostituées. Les Geisha sont formées pour divertir les hommes. Par ailleurs, durant l'ère Edo, certaines Geisha (celles de classes moyennes) couchaient fréquemment avec leurs clients. (Une pièce était aménagée pour elles dans les Okiya). Contrairement aux Geisha, les Yûjos étaient de réelles prostituées au Japon. Chaque Okiya en avait une, elle étaient respectées par les Geisha et surtout par l'Okâsan. Leurs kimonos étaient moins beaux que ceux des Geisha, ainsi que leurs cheveux et leurs maquillages. Leurs obi étaient noués sur le devant pour être enlevé plus rapidement. 


Romans, films, mangas...

18464241Geisha est un roman d'Arthur Golden publié en 1997. Le premier livre qu'a écrit Arthur Golden, conte les mémoires d'une geisha célèbre. Très vite, le roman a fait sensation et est devenu un best-seller. Même si l'ouvrage est raconté à la première personne et se révèle très documenté, son roman est une fiction complète.

Mémoires d'une geisha, est un film dramatique, romantique, réalisé par Rob Marshall, et sorti en 2005. C'est une adaptation du roman Geisha, d'Arthur Golden.

Résumé : Quelques années avant la Seconde Guerre mondiale, Chiyo, une petite fille japonaise, est arrachée à sa famille pauvre pour aller travailler comme servante dans une maison de geishas. En grandissant, elle se plie avec docilité à l'initiation difficile qui fera d'elle une vraie geisha. Elle triomphe des pièges que lui tend sa rivale, la fourbe Hatsumomo et devient, après des années de travail, la légendaire geisha Sayuri. Très belle, épanouie dans son art, Sayuri fascine les hommes les plus puissants. Mais celle qui n'a plus le droit d'aimer reste hantée par l'amour qu'elle porte, en secret, au seul homme qu'elle ne peut atteindre...


Apprentie geisha kana

Apprentie Geisha est un manga de Kamimura Kazuo publié au Japon en 1974, et édité en france rescemment par Kana. 

O-Tsuru, «la grue», appelée ainsi parce que petite elle avait l’habitude de se tenir sur un pied pour réchauffer l’autre, a été vendue par ses parents pour qu’elle devienne une geisha. Elle va donc commencer comme shikomikka dans une okiya : la maison où vivent les geishas. En faisant les commissions de ses aînées, Tsuru va découvrir la vie de ces femmes. Enfin, un jour, son tour arrive. Elle se rend dans la chambre de son bienfaiteur. Celui qui, en payant les frais de cérémonie, va la faire entrer dans le monde des geishas. Tsuru va alors prendre le nom de Tsurugiku et devenir une geisha célèbre dans le monde des plaisirs.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

×