Ama

Ama 05Les ama (海女/海人, littéralement "femme ou personne de la mer") sont des plongeuses en apnée japonaise. Elles sont surtout connues en tant que pêcheuses de perles mais leur principale activité est la recherche d'aliments (pour la vente ou la consommation). Elles officient essentiellement dans la baie de Mie, dans l'ouest du pays. La tradition daterait d'au moins 10000 ans. Jusque dans les années 70, elles plongeaient à demi-nue, sans bouteilles ni masques. Les ama ont évolués et plongent maintenant la plupart du temps avec combinaison, masques et palmes. La moyenne d'âge des Ama est de 67 ans (l'ainé ayant 87 ans). Ce sont pour la plupart du temps des dames âgées qui exercent en même temps un autre métier. Tendant à disparaitre, leur nombre est passé de plusieurs dizaine de milliers à 2100 au Japon.

Le métier d'ama est très difficile et dangereux. Ces femmes ont pour la plupart des tympans et la peau abimés par l'eau de mer. Le corps plus résistant que celui des hommes, elles n'hyperventilent pas, ce qui fait qu'elles peuvent exercer un autre métier en même temps. Depuis l'utilisation des combinaisons, le métier s'est ouvert aux hommes mais peu s'y aventurent. Les bouteilles d'oxygène sont par contre interdites par les autorités pour éviter la sur-pêche. Les plus habiles peuvent gagner jusqu'à 100.000 yens par mois (environ 750€) mais beaucoup n'arrivent pas à en vivre.

Ama 04Dans une journée typique, ces femmes se lèvent tôt, s'habillent de leurs combinaisons et partent en mer sur une petite barque. Elles frottent leurs masques avec des algues gluantes pour éviter la buée. Et elles plongent lestées de poids autour de la taille, pendant près d'une minute à chaque fois, de 3 à 20 mètres de profondeurs, puis remontent avec leur butin, qu'elles placent dans un filet accroché à une bouée. Elles peuvent plonger jusqu'à 80 fois de suite étant jeune. Ensuite, elles rentrent chez elles ou dans leur lieu de réunion (elles vivent parfois en communauté). Elles déposent ce qu'elles doivent vendre et mangent le reste le jour même.

Le métier est très dangereux car elles peuvent rencontrer des requins, être emportées par les courants ou encore rester accrochée à des rochers et se noyer. Le Japon aimerait faire entrer ce métier au patrimoine culturel immatériel de l'Unesco pour le préserver.

Ama 03Il ne me semble pas avoir de manga ou anime traitant de ce sujet (mais je peux faire erreur). Quelques mangas (comme Amanchu!) parlent de plongée sous marine mais avec équipement. Dans la culture populaire, on peut citer ""On ne vit que deux fois" de Ian Fleming, James Bond rencontre Kissy Suzuki, une plongeuse ama avec lequel il se marie. Elles sont représentées également sur les estampes ukiyo-e de Utamaro Kitagawa et Katsushika Hokusai, et sur des timbres.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire