Sekaiichi Hatsukoi

Nakamura Shungiku est maintenant une référence en matière de Yaoi. Elle commence sa carrière en 1998 avec Touzandou Tentsui Ibun. Elle se fait connaître avec sa célèbre série Junjô romantica. C'est avec des œuvres comme Hybrid child, Junjô minimum, ou encore Junjô Mistake, que la mangaka entretient son succès. En 2007, elle commence Sekaiichi Hatsukoi, sur l'édition des mangas au Japon, où les deux héros doivent apprendre à travailler ensemble malgré leur rupture 10 ans plus tôt. Nakamura Shungiku est loin d'avoir atteint l'apogée de sa carrière. Nous espérons voir continuer les séries le plus longtemps possible!

Résumé : Un premier amour ne se concrétise jamais… d’après qui, d’abord ?! Lassé d’entendre qu’il a été pistonné, Ritsu Onodera quitte la maison d’édition de ses parents pour se faire engager chez un autre éditeur, Marukawa Shoten. Malheureusement, il se retrouve affecté au département shôjo manga : or, il n’a ni intérêt, ni expérience en la matière! Lui qui s’est juré de ne plus jamais tomber amoureux, le voilà qui doit gérer des séries dégoulinantes de romance. En plus, il doit supporter Masamune Takano, son rédacteur en chef arrogant et tyrannique… Jusqu’au jour où il découvre qu’il s’agit de son premier amour... Panique à bord !


Sekaiichi est édité par Asuka, comme Junjô. L'édition est très épurée. Les couleurs sont vives, et sur la couverture nous avons nous deux héros. Ce que j'apprécie énormément c'est qu'il n'y a pas grande différence entre l'édition française et japonaise. C'est le top!

Au même titre que Junjô romantica, Sekaiichi Hatsukoi est une œuvre purement sublime. L'histoire est beaucoup plus réaliste, et nous pouvons découvrir les joies de l'édition! C'est ainsi qu'Onodera Ritsu, un gamin de 25 ans pistonné par papa fini éditeur de mangas Shojo au bureau d'édition Emerald. Il rencontre Takano Masamune, son directeur, et son premier amour. Que faire quand la personne que nous avons quitté dix ans auparavant sur un malentendu nous annonce qu'elle souhaite de tout cœur nous reconquérir?! Bah tu lui en colles une et tu te tailles vite fait bien fait... Ah franchement ce Ritsu. Si il était pas aussi coincé du... il aurait pu lui sauter dessus directement. Surtout qu'il rougit comme une pucelle en comprenant enfin que Takano est son premier amour. Mais non... il ne bouge pas, et il préfère lui gueuler dessus. Les choses sont pourtant simples : Soit tu lui dis CLAIREMENT non. Soit tu te laisses faire BON SANG. Parfois, les hommes sont stupides. Enfin, tout ça c'est pour dramatiser l'histoire, ça donne un certain charme aux deux héros.


Nakamura Shungiku nous régale d'une idylle tsundere entre Ritsu et Takano. Au fil des chapitres, le cœur du cadet s'ouvre délicatement (Trop délicatement.. t'es un homme ou quoi!). Dans leurs vies, des problèmes surviennent, leurs causent du souci et c'est très rafraichissant. Ainsi nous voyons un Ritsu quelque peu jaloux, et un Takano à fleur de peau. J'aime voir l'évolution des personnages. *Prie : Faite que Takano devienne un Seme complètement Sadique! Amen*

A côté de cette idylle, comme dans tous les mangas de Shungiku-sama nous avons des petites histoire bonus. Première histoire, Yukina et Kisa. Un gamin adorant la peinture, et un trentenaire à l'allure d'adolescent. C'est le calvaire des deux hommes dans Kisa shôta no Bai. Non loin de là, une guerre commence dans Yoshino Chiaki no Bai. Hatori-san, l'éditeur le plus populaire d'Emerald est en charge de son ami d'enfance Yoshikawa Chiharu pour qui il éprouve de l'amour depuis des années. (Mais putain c'est pas compliqué bordel, y a vraiment que des coincées du...) Ce n'est sans compter sur la présence de Yuu, pour troubler le mangaka un peu simplet. Une guerre commence dans Yoshino Chiaki no Bai.


Et notre dernière histoire, et non la moindre, est celle de Yokozawa. Le meilleur ami de Masamune, qui vient de se faire plaquer, pense que l'amour est pour lui inaccessible. Alors qu'il est désespéré, il tombe sous le charme de Kirishima. Oh oh oh, moi aussi je suis tombée sous son charme. J'ai toujours eu un faible pour les vieux Seme. Va savoir pourquoi. En plus sa fille rajoute un peu de piment a l'histoire.

Au même titre que Junjô, j'ai adoré cette œuvre et je la conseille à tous les fans de Yaoi. Certain pourraient être rebuté par le style graphique, mais on s'y fait très rapidement. Nakamura Shungiku est très talentueuse, et c'est toujours un bonheur de contempler son travail.


Note de Jeliana
19.4/20

Point fort Point faible

- L'originalité de l'histoire
- Des personnages attachants (♥ Kirishima)
- Le réalisme (pour tout ce qui tourne autour de l'édition)

- Ritsu est complètement stupide (comme Misaki)
- Lenteur entre chaque tome. C'est TRES long. 
 

 

Sekaiichi hatsukoi vf Titre :  世界一初恋 ~小野寺律の場合~
Date de parution : 2014 (2008 au Japon)
Éditeur : Asuka (Kadokawa Shoten au Japon, publié dans Ciel)
Auteur(s) : Nakamura Shungiku
Genre : Romance, comédie.
Prix : 7€99
Age conseillé : +18 ans
Anime : Sekaiichi Hatsukoi
Du même auteur : Hybrid child, Junjô romantica...
Bouton acheter amazon

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire

×