Conveni-kun

La mangaka Junko s'est fait connaître par ses Dojinshi sur la série «Prince du tennis» ou encore «Haikyu» dont elle est fan (elle fait partie du cercle CLIP CLOP). Elle est spécialisée dans le Yaoi, et est reconnue pour un style graphique unique, doux, sensuel, et un scénario très souvent érotique. Elle réalise son premier manga en plusieurs tomes avec un shojo ayant pour thème une Fujoshi (fan de Yaoi), qu'elle tourmente avec quatre beaux garçons (Kiss him, not me).

Résumé : Endô Horishi est un jeune garçon qui refuse de sortir de chez lui pour faire quoi que se soit. Un jour, pour rompre avec cette existence terne et ennuyeuse, il décide de trouver un emploi et commence à travailler dans la supérette de son oncle. Désireux de donner le meilleur de lui-même, Endô voit sa motivation en prendre un coup après sa rencontre avec Yamai Kouhei, un collègue très arrogant avec lequel il n’arrive pas à s’entendre. Avec le temps, Endô arrive un peu mieux à cerner Yamai et découvre une autre facette de celui-ci le jour où il le vit sauver un chat. Alors que leur relation s’améliore et qu’Endô s’adapte de mieux en mieux à la vie « normale », un événement va venir tout bouleverser…


Taifu comics nous régale des œuvres de Junko. Conveni-kun est une One shot, comme la plupart de ses Boy's love. Comme toujours l’œuvre est simple, magnifique, et sans erreur d'édition. La jaquette est colorée et agréable à regarder. C'est du Junko quoi! L’œuvre de Junko est simple. Endô n'arrive plus à sortir de chez lui à cause de brimades a l'école. Pour se reprendre en main, son oncle lui propose un petit travail dans sa supérette. Il rencontre alors Yamai et sa vie change du tout au tout. J'ai adoré cette One shot, la lecture est simple et fluide. Il y aura de l'amour, il y aura de la tristesse, cette histoire pourrait être vraie et c'est super agréable.

Etre gay n'est pas un crime. Etre amoureux d'un homme ou d'une femme ne change rien à la personne que vous êtes. Malheureusement, lorsqu'on est ado, on ne comprend pas les choses de la même façon (et même adulte parfois...). A cause de brimades à l'école, sur le fait qu'il soit gay et amoureux de son ami, Endô se coupe du monde entier. Le manga, sous ses allures adorables, et ses traits fins, a un sujet bien sombre. Les brimades, les menaces, les injures, et les moqueries. Chaque année, des milliers de personnes cèdent sous le poids des mots de leur camarades, de leur collègues, ou de leur famille. C'est un sujet très sérieux.


En arrivant dans la supérette de son oncle, Endô ne pensait pas rencontrer une personne comme Yamai Kouhai, un type aux allures sombres et au regard vitreux. Un garçon qui prend la vie comme elle vient et qui se fiche du reste. Endô pensait avoir peur de Kouhai pour toujours, mais lorsqu'il le voit sauver un chat, il change d'opinion sur lui immédiatement. Ah, c'est beau la jeunesse. Ils deviennent amis et tout va pour le mieux dans la tête d'Endô. Il ne pense plus aux brimades, il ne pense plus à rien d'autre qu'à Yamai. Mais ça, il ne pourra jamais lui dire.

Un jour, alors qu'il travaillait sans embêter personne, deux garçons entrent dans la supérette. Tous les mauvais souvenirs de sa vie d'avant resurgissent. Les brimades font mal, les insultes et les moqueries peuvent détruire une vie. Les deux garçons ne vont pas hésiter à se moquer ouvertement de lui, et à parler de son homosexualité de façon dérisoire... tout ça devant Yamai. Le monde d'Endô s'écroule. Son amour à sens unique est finalement découvert, et il décide de retourner à son ancienne vie, celle ou il ne sortait plus et ou il n'éprouvait plus aucune émotion.

Junko s'est amusée à torturer psychologiquement Endô. Quelle probabilité pouvait-il y avoir pour que ses anciens camarades de classe passent exactement à l'heure ou il travaille?! C'est méchant Junko-sama. Junko a pris le temps de développer un personnage principal avec une multitude d'émotions. Autant par le dessin (il est très facile de savoir à quoi il pense notre petit Endô) que par ses traits de caractère. Endô est vraiment très intéressant. Yamai n'est pas en reste, sous son allure un peu rustre, c'est un géant au cœur tendre. Un personnage qui devient très vite adorable.


Yamai a défendu Endô ce jour là. Après tout, il est son ami et ses préférences sexuelles ne le choque pas du tout. Un après midi, il rencontre le garçon dont Endô était tombé amoureux à l'époque. Ce misérable est à l'origine des brimades contre Endô. C'est après cette entrevue, et après avoir entendu le discours minable de ce garçon, que Yamai commença à comprendre ses propres sentiments. Endô n'est pas capable de cacher ses émotions, et finalement... ce n'est vraiment pas plus mal.

Pourquoi est-ce que j'aime les mangas de Junko?! Et bien, il sont simples, les dessins sont très mignons, mais surtout... la mangaka nous parle de faits réels. Les moqueries, les brimades à l'école, sont très sérieuses et malheureusement souvent impunies. On ne peut pas juger un être humain sur ses préférences sexuelles. Si Yamai n'avait pas sorti Endô des ténèbres, qui sait ce qu'il serait arrivé?! La romance entre Endô est Yamai est très touchante. Ah, si tout pouvait être aussi simple dans la vie!


Note de Jeliana
17.5/20

Point fort Point faible
- Un sujet très sérieux, (l'homosexualité vue par les autres). 
- Des dessins simples, qui offrent une lecture fluide.
- Une romance vraiment adorable!
- Dommage d'avoir une histoire si courte avec un pareil sujet.
- Pour un associable, Endô s'en sort plutôt bien. (One shot oblige).
- On en apprend pas assez sur Yamai, c'est dommage.

 

Conveni kun

Titre : コンビニくん
Date de parution : 2013 (2011 au Japon)
Éditeur : Taifu comics (Tokuma Shoten au Japon, publié dans Chara)
Auteur(s) : Junko
Genre : Romance, Yaoi, tranche de vie.
Prix : 8€99
Age conseillé : +16 ans
Du même auteur : Kiss him not me, Starlike words, un amour de cuisinier, My Bodyguard, Under the umbrella - with you, Your note, The return of the prince...
Bouton acheter amazon

 

1 vote. Moyenne 4.00 sur 5.

Ajouter un commentaire