Love hina

Love hinaNé en 1968 à Kanakawa au Japon, Ken Akamatsu, a su devenir un maitre en matière de manga, avec pas moins de six œuvres à son actif. Après avoir échoué deux fois au concours d'entré à Todai (comme Keitaro, le héros de son manga Love Hina) il se tourne vers sa nouvelle passion le mangas. Ai non Stop fut son premier vrai manga, puis vint le tour de Love Hina. Celui ci le fit connaître dans le monde entier et redonna une seconde vie à Ai non Stop. Après quoi il décide de se lancer dans un nouveau projet, Negima, une œuvre en 31 tomes (34 au Japon), dont il s'est inspiré de sa femme Akamatsu Kanon, pour servir de modèle à un de ses personnage principal, Asuna.

Résumé : Keitaro, 19 ans, a échoué par deux fois au concours d’entrée de l’université de Tokyo, Tôdai. Mis à la porte par ses parents, il espère que sa grand-mère, propriétaire d’un hôtel, acceptera de l’héberger. Mais surprise, l’établissement est devenu un pensionnat pour jeunes filles… dont Keitarô devient vite l’homme à tout faire ! Parviendra-t-il enfin à intégrer l’université pour tenir la promesse qu’il a faite enfant ?...


Love hina 3Love Hina est édité par Pika éditions. La couverture du premier tome est très simple et fidèle à l'édition originale japonaise. On peut y voir le titre du livre en rouge pâle et les personnages principaux du manga au centre. Le manga est terminé en 14 tomes.

Love Hina est un des premiers manga que j'ai acheté. J'ai beaucoup apprécié l'anime qui m'a fait mourir de rire tout au long des épisodes. J'ai donc décidé de me plonger dans les livres, et nous découvrons des différences notoires. En effet Shinobu est déjà à la pension Hinata à l'arrivée de Kaitaro et la fin a totalement était oubliée dans l'anime ce qui est vraiment dommage!


Love hina 2Pour moi, ce manga évoque le rire. Il ne se passe pas une minute sans que l'ambiance soit à la fête, sans que les personnages soient totalement délurés. Nous sortons de la vie réelle des étudiants, ce ne sont pas de simples pensionnaires à Hinata, et c'est vraiment amusant.

J'ai beaucoup aimé la version papier, car différemment de l'anime, on les voit évoluer... en bien! Naru prend conscience de ses sentiments, mais reste totalement imperméable à Keitaro tandis que les autres la poussent à aller vers lui sous peine de le lui voler. BIM un HAREM rien que pour lui (mon rêve). Au cœur de ce manga se trouve l'amour, certes déluré, certes incroyablement excentrique, mais fort en sentiments.


Love hina 1J'ai eu un coup de cœur pour le design de Motoko, tant de puissance en cette femme fan de roman d'amour. Kaora est très intéressant et j'aurais aimé en apprendre un peu plus sur sa vie hors de la pension, c'est quand même une princesse! Il y a aussi la tortue (tama)... la tortue, on en parle?! Mais mon personnage préféré reste Mitsune dit Kitsune, elle est juste parfaite. Sans elle, il n'y aurait pas d'histoire. Elle provoque catastrophe sur catastrophe et semble bien s'amuser à causer des problèmes à ses amis. Je ne peux m'empêcher de rire en la voyant.

Je suis passée par un certain nombre de sentiments en lisant ce manga, tantôt amusée, tantôt triste, et je dois dire que c'est très plaisant. Bien que l'histoire d'amour soit un peu niaise par moment, j'adore l'idée du harem. L'auteur ma touché au dernier tome, à la dernière seconde de la dernière page... Arigatô!


Note de Jeliana
15.5/20

Point fort Point faible

- L'humour. Un concentré d'humour à l'état pur.
- Une histoire complètement délurée, ON EN PARLE DE LA TORTUE?!
- C'est un Harem quoi... qui n'en rêve pas?! 

- L'histoire d'amour... ou plutôt les histoires d'amour. Bof!
- J'aurais aimé en savoir beaucoup plus sur les personnages secondaires.
- Dommage qu'il soit déjà terminé. 

 

Love hina tome1

Titre : Rabu Hina / ラブひな
Date de parution : 1999 (2002 au Japon)
Éditeur : Soleil (Kodansha au Japon, prépublié dans Comic Shuukan Shounen Magazine)
Auteur(s) : Akamatsu Ken
Genre : Comédie, Ecchi, Harem, Romance
Prix : 6€95
Existe en anime : Oui
Bouton acheter amazon

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire