A silent voice

A silent voice 4Oima Yoshitoki est une jeune mangaka âgée de 27 ans. Elle s'est fait connaître par sa collaboration avec le mangaka Tow Ubukata, auteur de Shikyuu Umare no Anata e, Tenchi Meisatsu, Le chevalier d'Eon, et Pilgrim Jäger sur le manga Mardock Scramble en 2009. C'est en 2011 qu'elle sort son premier manga à succès, A silent voice.

Résumé : Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule. Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible. Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable...


Le manga est édité par Ki-oon. L'édition est fidèle à la version japonaise, aucune erreur, il rend très bien dans l'étagère. Comme toujours, Ki-oon fait un travail remarquable sur ses mangas.

A silent voice 5A silent voice est un renouveau dans les mangas. Son thème est incroyablement fort, et démontre deux choses importantes. Il est très difficile de vivre dans notre monde avec un handicap. Et... tout finit toujours par nous revenir dans la figure. Que ce soit les brimades, ou le harcèlement. Et oui, A silent voice n'est pas un Shonen comme les autres. Notre héros est dans un premier temps antipathique, pour devenir terriblement attachant.

Shoko est sourde. Elle atterrit dans une classe et commence à devenir le souffre douleur des élèves, et des professeurs. On voit très bien comment est perçu le handicape dans la société japonaise. Il n'est que source de problème. Shoko est alors obligée de quitter l'établissement après que ses appareils auditifs aient été cassé, encore et encore. Le responsable?! Je serais tentée de dire Shoya, car oui, il y est pour beaucoup, mais il n'était pas tout seul. Toute la classe est responsable, ainsi que les professeurs qui ont contribués aux violences.


A silent voice 6Il n'est pas rare d'entendre parler de harcèlement dans les écoles japonaises. C'est un sujet phénomène, qui mène, très souvent, au suicide. Les japonais sont fières, ils ne parlent donc pas de ces brimades à leurs proches. La mangaka a un talent fou. Elle lie parfaitement son dessin à son scénario. Un dessin mature, qui colle parfaitement au thème.

Quelques années plus tard, pour expier ses fautes, Shoya décide de retrouver Shoko et de s'excuser en bonne et due forme. Il ne s'attendait probablement pas à découvrir une belle jeune fille, qui malgré le sourire qu'elle affiche en permanence, reste profondément marquées par toutes les brimades dont ses anciennes classes on fait preuve. Ils retrouvent de vieux amis, des anciens de la petite école, et très vite les esprits s'échauffent. Il faut encore et toujours un coupable.


A silent voice 7A silent voice est vraiment un manga passionnant et intriguant. Les deux personnages sont attachants, et le fait d'avoir eu un préqueldu manga sur les deux points de vues, nous a permis de nous rapprocher d'eux. Shoko est vraiment adorable, mais malgré sa bonne humeur, son handicap l'empêche quand même de vivre comme elle le souhaiterait. Shoya essaie de rattraper ses erreurs de jeunesse, et finit par s'ouvrir au monde. C'est un très bon manga.

Je passe sous silence certaines scènes qui me paraissent très importantes, ne voulant pas Spoil. Nos chroniques ne sont pas des fiches de lecture, où nous allons détailler chaque partie du manga, mais plutôt un ensemble de sentiments. Personnellement en lisant A silent voice, il m'est arrivé de lâcher quelques larmes, puis de rire aux éclats. Shoko est terriblement attachante, et Shoya le devient au file des tomes. J'aurais par ailleurs aimé un petit chapitre bonus sur le «Après». A nous d'imaginer!


Note de Jeliana
15/20

Point fort Point faible

- Deux sujets très forts : Le handicap et les harcèlement.
- Les personnages sont attachants, surtout la petite sœur de Shoko.

- Il est parfois difficile de comprendre le point de vue de Shoya.
- J'ai eu l'impression (Honami aussi), qu'il manquait un chapitre sur la fin.  

 

A silent voice

Titre : 聲の形
Date de parution : 2015 (2013 au Japon)
Éditeur : Ki-oon (Kodansha au Japon, publié dans Bessatsu Shounen Magazine)
Auteur(s) : Oima Yoshitoki
Genre : Drame, psychologique, tranche de vie...
Prix : 6€60
Existe en anime : Koe no Katachi 
Du même auteur : Mardock Scramble
Bouton acheter amazon

 

1 vote. Moyenne 5.00 sur 5.

Ajouter un commentaire