Another

Another de Yukito Ayatsuji

Uchida Naoyuki est un romancier de talent. Vous le connaissez surement sous le pseudonyme de Ayatsuji Yukito. L'auteur fait ses débuts avec «Meurtres dans le Décagone» en 1987. En 1992, il remporte le grand prix du roman policier japonais avec «Meurtres dans la maison aux horloges». Il rencontre sa femme à l'université. Elle devient également auteur, notamment avec la série «Les douze royaumes» en douze tomes. C'est avec Kiyohara Hiro, que Ayatsuji Yukito réalise le manga Another. Lui à l'écrit, le mangaka au dessin. Another a conquis un large public, que ce soit en manga, en anime, et maintenant en roman.

Another le roman

Tome 1 - Celle qui n'existait pas

Résumé : Collège de Yomiyama-Nord, 1972. Lorsque Misaki, élève de 3e-3, trouve la mort, les autres élèves de la classe refusent de l’accepter, et font « comme si Misaki était toujours en vie ». Tant et si bien que leur camarade apparaît, pâle mais avec le sourire, sur la photo de classe de fin d’année ! Depuis, la « classe maudite » est le théâtre d’accidents en série, terrifiant élèves aussi bien que professeurs. Et si la 3e-3 était devenue l’antichambre de la mort… ?


La couverture a attiré mon œil en un clin d'... en un instant. On peut y voir une moitié de visage. Des cheveux courts, noir, en bataille. Le corps de l'androgyne semble être sale. Taché. Le rouge qui peint le mur derrière elle, est sombre. Terne, et vieillot. Ça ne met absolument pas en confiance. Pourtant, son visage a quelque chose d'attirant. Serait-ce son œil bleu, qui semble dépourvu de toute humanité? Où ces lèvres, rouge, prêtes à vous arracher un sourire. Je ne saurais le dire. En haut, le titre du roman : Another. Et en bleu, en plus petit : Celle qui n'existait pas.

Pika édition. C'est un roman magnifique que je tiens entre mes mains. La couverture est rigide. Elle ne glisse pas. Il n'y a aucun effet en relief. C'est un peu dommage, ça aurait pu donner une nouvelle dimension à l'œuvre. Mais passons, ce n'est pas important. Les deux traducteurs Momomi Machida et Patrick Honnoré, ont fait un excellent travail qui n'a pas du être simple. Le roman est très bien tourné. Les chapitres ne sont ni trop grands, ni trop petits. Il se laissent lire vite. J'ai adoré!

«Tu as déjà entendu parler de Misaki? Misaki de la 3e3?». Voilà comment commence le roman. Une vieille légende urbaine concernant la 3e3 au lycée Yomiyama. Un élève nommé Misaki est mort. Mais ces camarades de classes, en dépit de tout bon sens, ont décidé de continuer à vivre comme si Misaki était toujours vivant. C'est à la fin de l'année, après la remise des diplômes, et  les photos de classe, ils découvrirent avec stupeur Misaki sur la photo. Pâle comme un mort, mais souriant comme les autres élèves. Ça met tout de suite dans l'ambiance. J'adore! On retrouve dès lors notre comteur, Koichi Sakakibara. Malheureusement pour lui, à l'hôpital où il vient de subir une intervention après un pneumothorax. Le cauchemard a commencé. Le garçon est désormais inscrit dans une nouvelle école. Où il va rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux professeurs et de nouveaux amis. Où il va rencontrer... le malheur.

Parlons peu, mais parlons bien. J'ai... malheureusement... regardé l'anime, et lu le manga avant de lire le roman. (Il n'est sorti que plus tard). Si vous ne connaissez pas du tout l'histoire, commencez par le roman. Vous apprendrez beaucoup plus de chose, et les révélations faites dans le tome deux seront un véritable choc pour vous. Moi, pour ma part, je connaissais déjà toute l'histoire. C'est vachement dommage! Mais j'ai quand même apprécié l'œuvre. Les personnages sont beaucoup plus, passionnés et attachants que dans le manga et l'anime. L'histoire à la première personne, nous donne l'impression de faire partie de la 3e3.

Comme je le disais plus haut, les personnages sont beaucoup plus intéressants que dans les autres versions. À commencer par Sakakibara. Notre «héros», si on peut l'appeler ainsi, nous fait découvrir la vie à Yomiyama. Il nous donne ses impressions, son ressenti et tout particulièrement au sujet de Mei Misaki. Ah Misaki. On peut dire, qu'elle a le sens du mélodrame. Aller voir sa cousine décédée à la morgue, une poupée de cire dans les mains... ça fallait y penser! Et c'est cette même Misaki, qu'il retrouve dans sa classe de 3e3 et que personne ne semble voir. Mei est de loin mon personnage préféré. Elle est froide, distante et résistante à toute épreuve. Mais quand on gratte bien sous l'épaisse couche de glace de son cœur, on découvre que l'adolescente n'est pas aussi indifférente qu'elle prétend l'être. D'autres personnages assez importants entrent en scène. Teshigawara, qui devient le premier ami de Koichi, Tomohiko le délégué, Izumi responsable du comité exécutif, Mlle Mikami vice professeur principale de la classe, les grands parents de Koichi, Reiko sa tante et même le Mainate Rei-chan, l'oiseau de son grand père. Il serait bien trop long, de les prendre cas par cas.

Mais voilà, Another n'est pas un roman d'amour, ou une intrigue policière. C'est bien un roman d'horreur, et l'horreur va commencer en Mai 1998. La première victime de la malédiction de la 3.3 fut Yukari Sakuragi. Transpercé par son parapluie en tombant dans les escaliers. Tout les fans du genre connaissent cette histoire. En juin, c'est une infirmière qui décède, dans un ascenseur. Plus tard, un camarade de classe. Finalement, c'est celle qui n'existait pas qui expliqua une grosse partie de l'histoire à Koichi. Il y a vingt cinq ans, au sein de la 3e3, un événement mystérieux se produisit pour la première fois. Quand ça arrive, chaque mois de l'année scolaire, il y a au moins un mort parmi les élèves et/ou leurs proches. Accident, maladie, suicide, crime... c'est une malédiction. Cela se produit, lorsqu'il y a une personne en trop dans la classe. Le nombre d'élève dans la classe augmente, cet «autre en plus», ne devrait pas être là, il est le mort. Chaque mois, les élèves risquent de mourir de façons plus étranges les unes que les autres, à cause de lui. Par sa faute, car il lui a parlé à elle qui ne devait pas exister.

«La classe de 3e3 se trouve tout près de la mort.
Depuis lors, la 3e3 est très proche du domaine des mots.
Si on ne fait rien, les malheurs continueront.
Quand c'est commencé, on ne peut plus les arrêter..

Un premier tome qui nous laisse sur notre faim...
Qui est le mort?...  

Another celle qui n existait pas

Titre : アナザー / 替身
Date de parution : 2013 (2011 au Japon)
Éditeur : Pika édition (Kadokawa Shoten au Japon, publié dans Yasei Jadai)
Auteur(s) : Ayatsuji Yukito
Illustrateur : Enta Shiho
Genre : Roman, Horreur, School Life, Surnaturel, Thriller.
Prix : 14€95
Du même auteur : Another (Manga), Another (Anime),
Another - La fille a l'oeil de poupée (Tome 2).
Bouton acheter amazon

 

Uchida Naoyuki est un romancier de talent. Vous le connaissez surement sous le pseudonyme de Ayatsuji Yukito. L'auteur fait ses débuts avec «Meurtres dans le Décagone» en 1987. En 1992, il remporte le grand prix du roman policier japonais avec «Meurtres dans la maison aux horloges». Il rencontre sa femme à l'université. Elle devient également auteur, notamment avec la série «Les douze royaumes» en douze tomes. C'est avec Kiyohara Hiro, que Ayatsuji Yukito réalise le manga Another. Lui à l'écrit, le mangaka au dessin. Another a conquis un large public, que ce soit en manga, en anime, et maintenant en roman.

Another le roman

Tome 2 - La fille à l'oeil de poupée

Résumé : En dépit de leurs efforts pour y échapper, la malédiction de la classe de 3e-3 du collège de Yomiyama-Nord fait chaque mois de nouvelles victimes parmi les élèves et professeurs. La tension est à son comble. Qui, parmi toutes les personnes liées à la « classe maudite », est « l’élément en trop », le mort revenu parmi les vivants, qui altère les mémoires ? La vérité aura un prix, toujours le même : celui du sang


Comme sur le tome 1, on peut voir sur la couverture une moitié de visage. Des cheveux courts, noirs, en bataille. Le corps de l'androgyne est sale. Taché et le rouge qui peint le mûre derrière elle, est sombre. Terne, et vieillot. Elle nous fixe de son œil vert et sourit ouvertement. C'est en rassemblant les deux parties du roman que nous découvrons enfin son vrai visage. Celui d'une fille, androgyne, aux cheveux courts et noirs. Qui nous fixe de ces yeux de différentes couleur et qui sourit. Un sourire, à vous glacer le sang. Malgré la noirceur de ses traits, il émane quelque chose de positif d'elle. Elle nous fixe. Elle est belle. Elle... qui sans doute est Misaki. En haut, le titre du roman : Another. Et en vert, en plus petit : La fille à l'œil de poupée.

Comme pour le tome 1 Pika édition à fait du bon travail. C'est un roman magnifique que je tiens entre mes mains. La couverture est rigide. Elle ne glisse pas. Comme pour le tome 1 il n'y a aucun effet en relief. C'est un peu dommage, ça aurait pu donner une autre dimension à l'œuvre. Les deux traducteurs Momomi Machida et Patrick Honnoré, on fait du bon travail. Le roman est très bien tourné. Les chapitres ne sont ni trop grand, ni trop petits. Je l'ai dévoré !

Les choses sérieuses commencent! Les élèves de la 3.3 se sont concertés, et ont décidé d'élire «2 morts» pour contrer la malédiction. Les deux élèves coulent des jours paisibles. Ils vont en cours quand bon leur semble. Ils s'amusent sans trop se prendre la tête. Peut être que la décision de la classe va fonctionner, et qu'il n'y aura plus de morts cette année! Mauvaise pioche bande de naifs. 

C'est monsieur Chibiki qui nous en apprend le plus sur cette malédiction. Le bougre à survécu dans la 3e3. Étonnant qu'il ne soit pas devenu complètement fou. Il était professeur principal de la 3.3 lorsque Misaki est mort. C'est lui, et sa classe, qui ont décidé de le faire revenir d'entre les morts en faisant comme si il était toujours en vie. Bravo! Malheureusement, les aveux de Chibiki ne vont pas sauver les élèves. Les morts continuent... Le 13 juillet. Les élèves de Yomiyama se souviendront de ce jour, comme l'un des plus funeste de leur scolarité. Leur professeur principal M.Kubodera s'est suicidé, sur l'estrade devant le tableau. Se poignardant à plusieurs reprises à la gorge. Le professeur avait tué sa mère avant de se donner la mort. C'est glauque, j'adore!

La démarche de la classe a échoué. Très vite, les anciens amis de Koichi se sont remis à lui parler, et même à Mei. Les deux invisibles se sont réintégrés à la classe, et c'est pas pour plaire à tout le monde. C'est cool, mais il faut trouver une solution! Lorsque les malheurs commencent, il est presque impossible de les arrêter. Bien sur, les élèves de la 3e3 sont bien déterminés à sauver leur peau. M.chibki a révélé à Mei et koichi, que la malédiction avait été stoppé une fois. Une seule fois! Sans savoir pourquoi, du jour au lendemain, il n'y eu plus aucun mort dans la 3e3. C'est après être revenu du camp d'été que tout s'est terminé!

Grace à la sœur de Mochizuki, les garçons ont pu suivre une piste intéressante durant les vacances. Une de ses connaissance se rendant souvent dans le café ou elle travaille, lui raconte de drôles de choses. Il a caché un objet dans l'ancienne salle de classe de la 3e3. Un objet qui pourrait bien tous les sauver. Sans peurs, et sans reproches, ils se sont bien entendu rendus dans cette fameuse classe. Et ça a payé... Sakakibara, Mochizuki et Teshigawara ont trouvé l'objet en question : Une cassette audio. Mais ce jour là, le frère d'une de leur camarade de classe est mort dans un accident de voiture.

En aout, le camp d'été a commencé, et avec lui son lot de malheurs. La cassette a révélé bien des choses au petit groupe. Et cette histoire leur retourne la tête. Mei révéla son plus grand secret à Koichi. Elle peut voir la couleur de la mort, avec son œil de poupée. Teshigawara a même failli tuer son meilleur ami sur un coup de tête, cet idiot! Six de leur camarades de classe sont morts durant ce camps d'été. Les propriétaires, qui s'occupaient de la bâtisse sont devenus fou et la femme, après avoir tué son mari s'est acharné sur les élèves avant de mettre le feu à l'établissement.

Il faut renvoyer le mort à la mort...

C'est à cet instant que tout devient clair dans notre tête! Si on avait un peu plus creusé des le début, on aurait compris qui était le mort. Qui était la personne en trop dans cette classe. On sait qui est le mort. Et il faut renvoyer le mort à la mort. Le roman nous a tenu en haleine tout le long. Si vous ne vous êtes pas plongé dans les deux œuvres secondaires, vous ne devinerez jamais. Vous tomberez de haut! Grâce à Mei, la classe fut sauvée. Koichi tua le mort et tout le monde oublia.

Cette œuvre, bien que je connaissais déjà la fin, m'a tenu captivé. J'ai vraiment adoré suivre cette aventure avec Mei et Koichi. Tout y est tellement bien décrit, que j'ai été moi même soulagée que tout soit terminé pour la 3e3. Même si nous ne connaissons pas le fin mot de l'histoire concernant cette malédiction, ce n'est pas dérangeant. Notre esprit est libre de croire ce qu'il veut. N'empêche quelle histoire... Dire que le mort était avec eux tout ce temps. Que cette personne, était proche d'eux. Ils avaient confiance en elle. Et maintenant... ils l'ont complètement oubliés...

Vous aussi vous l'oublierez...
Aller souvenez vous...
Le mort est...  

Another la fille a l oel de poupee Titre : アナザー / 替身
Date de parution : 2016 (2011 au Japon)
Éditeur : Pika édition (Kadokawa Shoten au Japon, publié dans Yasei Jadai)
Auteur(s) : Ayatsuji Yukito
Illustrateur : Enta Shiho
Genre : Roman, Horreur, School Life, Surnaturel, Thriller.
Prix : 14€95
Du même auteur : Another (Manga), Another (Anime),
Another - Celle qui n'existait pas (Tome 1).
Bouton acheter amazon

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire